1.    Baby L. et le Joulik* Dandy

(Pierre Dungen-Quentin Steffen-Amaury Boucher)
Guitares électriques : Yan Péchin – Guitare sèche : Thierry d'Otreppe - Basse, batterie, programmations : Amaury Boucher – Trompette : Quentin Steffen - Chœurs : Marylène Corro, Lara Herbinia – Voix : Pierre Dungen/ *joulik : voyou

Derrière les joncs,

Sinuons, sinuons

Sur le chemin creusé dans la roche,

Sans jamais cesser d’être proches

Derrière les joncs,

Sinuons, sinuons

Le long du fleuve déchiré par les rocs,

Soyons fleurs hybrides, chrysalides en toc

C’est l’histoire

De Baby L., du Joulik Dandy

De Lui et Elle

Terribles enfants…modèles

Jamais ne simulons

L’envie d’être à la noce

Nos décors ne sont pas, non, de carton

Nous sommes enfants fidèles, beaux gosses

Plus vrais que nature

Guérissons nos meurtrissures

Et sinuons, sinuons

Pour mieux poursuivre l'aventure

2.          Dandy

(Pierre Dungen – Marko Czyz)
Jérémy de Lombaerde : Viole de gambe, violoncelle - Jonathan Castillo : Violon - Guitares : Yan Péchin – Guitare sèche et batterie : Marko Czyz- Voix : Pierre Dungen.

Aimons-nous…émus

Entre deux portes

Deux pertes de vue

Qu’importe… Dandy !

Nerveux, entre les nervures

Dandy, de tes veines froissées

Neveu du Prince qu’on sort

Dandy, à la vie… tombée

Ben Hur

Dans l’inconfort,

D’un cabriolet

Bentley

Faites vos vœux

Les jeux sont faits

Et les complets défaits (bis) 

Nerveux, entre deux fêlures

Dandy, à la nuit… blessée

Félin du Prince qu’on sort

Sans concession

Ou alors…

Dandy pour te laisser

Aux mains du Milord

A demi-mort…

 

3.           Bandit !

(Pierre Dungen-Quentin Steffen-Amaury Boucher)
Claviers : Quentin Steffen – Guitares électriques, Banjo : Yan Péchin - Basse et batterie : Amaury Boucher  - Trompette : Quentin Steffen – Saxophone : Amaury Boucher - Sifflement : Paulo Silva Rodrigues - Voix : Pierre Dungen.

Je ne me cherche pas d’excuses

Je m’en trouve

Déserté des Muses

Comme assiégé

En mon château faible

Même l’eau a quitté ses douves

Mais pourquoi déserter la geôle

Le monde de là-bas déconne

Tous, au dehors, fanfaronnent

Alors qu’ici, dans la piaule

Ton corps frissonne

Alors on roule

Dandy...

Et l’on se soûle

En habits

De Joie

Alors on roule

Dandy  

Je ne me cherche pas d’excuses

Je m’en trouve

Loin des télévisions

Des Gothas, des bottins

Mondains

Je te reluque en cinémascope

Ma Sirène des syncopes

Ne te cherche pas d’excuses

Tu t’entrouvres, tu t’entrouvres

Et voici la vie qui fuse

Si je ne m’abuse….

4.             Baby Lol

(Pierre Dungen-Quentin Steffen)
Claviers et programmations : Quentin Steffen - Piano : Grazyna Bienkowski -Basse : Marko Czyz - Guitare sèche : Paulo Rodriguès- Guitares électriques : Yan Péchin, David Berman - Violoncelle : Jérémy de Lombaerde- Trompette : Quentin Steffen-Saxophone : Amaury Boucher - Batterie : Nicolas Mottet -Percussions : JG De Meijer- Chœurs : Lara Herbinia – Voix : Pierre Dungen

Dérivons sur le radeau de la Méduse

Je t’y dévorerai des yeux

Seule: tu n’auras plus d’excuse;

Il faudra-je suis furieux-

Que tu y passes, ma Baby Lol

Jolie Baby-Lol

Ne pense pas à t’enfuir

Je te passerai une camisole

Rien ne sert de languir:

Encerclée par la mer et les requins :

Tu ne pourrais te perdre bien loin

L’eau coule

Nous roucoulons

Comme deux palombes

Depuis des plombes  

Baby-Lol

Coquine, tu rigoles

Et ne me prends pas au sérieux;

Je vais allumer le feu

De la passion

Il faudra que tu te prennes au jeu

Baby Lol,

La dérive sans plus d’esquive

Nous conduit à l’atoll

Des mises en abyme

Entends-tu l’écho de Géricault ?

Avant l’échouage, naufragée,

K.O. sur la barrière de corail

De la baignoire en émail

Où nous divaguons depuis

40 jours et 40 nuits

5.              Elle a des envies

(Pierre Dungen, feat chant traditionnel Russe, Odessa, Joulik-Quentin Steffen)
Claviers, programmations : Quentin, Steffen- Guitares, banjo : Yan Péchin - Violoncelle : Jérémy de Lombaerde - Trompette : Quentin Steffen - Saxophone : Amaury Boucher - Batterie : Amaury Boucher - Piano : Grazyna Bienkowski - Chœurs : Lara Herbinia - Voix : Pierre Dungen, Lara Herbinia

Elle a des envies, des envies…

Je m’en mords les doigts

Je noie dans l’eau de vie

Mon dépit et sa joie

Mon infante de chœur

C’est larmes et rouge…

Reprenons en canon :

Oh, Elle est canon…

Elle a des envies

Je m’en mords les doigts

Ma Reine se rit

De mes peines

Et resserre les chaînes

Grâce auxquelles je vis

Mon infante de chœur

C’est larmes et rouge…

Reprenons en canon :

Oh, Elle est canon…

 

Жулик будет воровать,
А я буду продавать.
Мама, я жулика люблю


Oh Elle est si soudaine, Saudade

Oh ma Belle, ma mélancolie

Mon amie-ennemie

Oh elle est si soudaine

Sérénades et aubades

Sous ton charme, je mélodise

Nelson…

Pas de Kyrie Eleison

Je t’ai, tu m’as : à la bonne

Et on vocalise…

 

6.              La Passion     

(Pierre Dungen-Quentin Steffen)
Claviers, programmations : Quentin Steffen, Amaury Boucher- Batterie : Amaury Boucher - Guitares électriques : Yan Péchin - Trompette : Quentin Steffen - Chœurs : Marylène Corro – Voix : Pierre Dungen.

Connais-tu la passion, petite sœur?

Elle me ronge; il n’est pas d’autre mot

A la fois jouissance et douleur

Elle est contagieuse; j’en dis déjà trop...

Serais-tu prête ?

A honorer d’une visite

La terre secrète,

Le domaine illicite

Où elle ordonne ses fêtes

En chevalier servant

Tour à tour obscène et galant.

Me trouverais-tu charmant

En ce rôle de drôle?

Petite sœur, cette nuit

J’ai le cœur bizarre, étrange fruit

Gorgé de ta chair.

J’ai des imaginaires

Fertiles 

Pareils à ces plaines du Nil

Que les eaux fécondent

De leurs alluvions profondes

Serais-tu prête

A franchir le précipice

En un carrosse véloce

A initier certaines prémices

Où je serais

Si tu le voulais,

Tendrement féroce

Sache que je t’attends

7.              Qui sommes-nous ?

(Pierre Dungen- Amaury Boucher)
Batterie, basse, guitares, claviers : Amaury Boucher - Guitares électriques : Yan Péchin - Chœurs : Marylène Corro, Lara Herbinia, Quentin Steffen, Pierre Dungen, Jojo Demejer - Voix : Marylène Corro, Pierre Dungen.

Aimes-tu ces danses anciennes ?

Sur lesquelles on rêve de Vienne

Où l’en envisage l’amour à nu

Je serais… ton cavalier ingénu

Imprévu…

Serais-je un ange qui passe ?

Dans nos vies corrompues

Serais-tu un désir fugace ?

Une coupe à moitié bue

Qui sommes-nous ?

Des à-peu-près des malgré tout

Rien et tout, des amoureux surtout

Qui sommes-nous ? (bis) 

Aimes-tu ces danses anciennes ?

Sur lesquelles on s’abandonne

Où le désir va, papillonne

Serais-je une âme en veine

Serais-je la sirène ?

Sur tes peines quotidiennes

Oh… ton visage

Mon unique paysage

Je l’ai trop cultivé

Mon candide jardinier

Ignorant des usages

8.             Satisfactions

(Pierre Dungen – Yan Péchin)
Guitares : Yan Péchin- Batterie-Percussions : Amaury Boucher - Voix : Pierre Dungen

J’écoute Satie, assis

« Gymnopédies »

Toujours trop fort :

A réveiller les morts

Satisfactions

Satisfactions

En Dandy de Picadilly

J’aspire tant et tant

A la Diva de l’empire

Sa couronne m’inspire

Des chants touchants

Mais je n’écouterai pas

Ce crooner pour dames âgées

J’lui filerai des dragées

Empoisonnées

J’écoute Satie, assis

Pas couché-Médor

Mais façon sport

Ma Baby :

Si Satie t’endort

Voici notre premier

Désaccord

Lui ? Il me rendrait plutôt

Insomniaque

Il provoquerait

Des intempéries

Dans mon cerveau

Satisfactions

Satisfactions

9.             Nerval 2015

(Pierre Dungen-feat.Gérard de Nerval- Quentin Steffen-Amaury Boucher)
Claviers, programmations : Quentin Steffen-Batterie et programmations : Amaury Boucher - Violoncelle : Jérémy de Lombaerde - Violon : Jonathan Castillo - Soundcloud de la comète Tchouri enregistré par la sonde Rosetta - Chœurs : Lara Herbinia-Voix : Pierre Dungen.
 

Petite, je serai l’ombre portée

Qui gravite autour de tes pensées

Je voudrais te dire, épure

Que ton rire, azur

M’émerveille… Jusqu'à me priver

Du sommeil réparateur

Je suis le navigateur

L’inconsolé de Nerval

Le pêcheur de narval

Mon front est rouge encor’ du baiser de la Reine ;

J'ai rêvé dans la Grotte où nage la sirène...

El Desdichado (bis)  

Petite, je serai l’astre bienveillant

Qui irradie ta chevelure d’océan

Ton corps au fil de l’eau

Tes bijoux d’opaline, tes émaux

Je suis ce déshérité

Dont les seuls oripeaux

Sont cet amour assoiffé de vérité

Mais où vais-je ?

Ombre portée par tes chants

Rêveur éveillé

Serais-je l’ami ou l’amant ?

Ou le désespéré

Emporté par le courant